« Les services publics : Les démocratiser ? Les défendre ? Comprendre pour agir »

Evénement : Réunion-débat

Organisateur : Penser public

Date : 23 février 2006

Intervenant : Philippe Brachet est sociologue et économiste de formation, maître de conférences en sciences politiques à l’Université de Paris-X. En responsabilité dans plusieurs associations, il a publié récemment depuis 1994 cinq ouvrages sur les mutations des services publics en France et en Europe. Il vient de publier avec un collectif d’auteurs «  Les services publics : les défendre ? Les démocratiser ? Comprendre pour agir » aux éditions Publisud.

Thème : « Les services publics : Les démocratiser ? Les défendre ? Comprendre pour agir »

Contexte : La crise actuelle du « service public » est inexorable en ce sens qu’elle résulte de la pression des transformations de toute nature : des technologies, de l’inflation des demandes, de la raréfaction des ressources et de l’ouverture des frontières principalement. Ces transformations disloquent le système conçu à la Libération, dans le contexte de l’époque, mais le « service public monopolistique d’État » ne ressuscitera pas !

Pour autant, Philipe Brachet pense quil n’existe aucune fatalité à la disparition du service public lui-même : ses principes peuvent fonder une autre organisation sociale, si les usagers-citoyens s’en emparent et participent à la décision publique. S’ils ne laissent plus décideurs et syndicats dans un face-à-face défensif. Pour ce faire, il faut comprendre les causes historiques de cette crise, c’est-à-dire la façon dont le système actuel s’est construit par étapes. Or les services publics sont organisés par l’administration au nom de l’État, après qu’une autorité publique les ait décidés dans son domaine de compétence. À travers eux, l’administration délivre le service ou en contrôle la réalisation.

Selon Philipe Brachet, la solution passe par une démocratisation des activités de services publics qui suppose :

– La reconnaissance de « l’usager-citoyen » comme partenaire social, à travers des mécanismes électifs de ses associations

– La définition des objectifs et des missions des principales activités de service public par tous les acteurs concernés

– La démocratisation de la fonction de régulation par création auprès des autorités de régulation d’une instance de délibération publique contradictoire, composée de tous les acteurs parties prenantes

– L’évaluation pluraliste des résultats au regard de ces objectifs et missions par ces mêmes acteurs

– La relance de la construction européenne par l’émergence d’une citoyenneté européenne, les services d’intérêt général étant l’occasion d’un dialogue entre pays membres de l’UE sur leurs histoires et cultures respectives à partir duquel pourra se construire un accord européen sur les sig.

Lien : « Les services publics : les défendre ? les démocratiser ? comprendre pour agir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 5 =